Anthropologie du sacré

Régis Boyer
mardi 5 février 2002
par mathieu
popularité : 21%

7/10

Pas de sacré sans Homme et pas d’Homme sans sacré pour Boyer.
Selon l’auteur, les religions sont des appareils à organiser les rapports de l’Homme au sacré. Il s’agit par exemple de l’ensemble des mythes, symboles, rites ayants pour fonction d’apprivoiser l’inconnu, de vaincre les terreurs.

Il y a un sens supérieur qui est toujours donné à la réalité qui nous est hostile, à ce qui nous dépasse. Une recherche de causalité à tous prix. Une justification de tous nos dépassements, de nos conditions de vie.
Ceci est un fait universel.

Les items les plus représentés sont la Vie et les Ancêtres, ainsi que les forces de la nature (eau, feu...).

Le sacré est par nature du côté de la vie, en temps qu’opposée à la mort.

La mythe est une façon de faire vivre le sacré (comme dans le sacrifice mais en plus symbolique ;o)

La raison d’être des religions (toujours dans ce rapport Homme/Sacré) est de lutter contre l’absurde et par extension, de manifester que la condition humaine a un sens (promouvoir la Vie).

La magie est l’art de solliciter le sacré.

Le sacré manifeste également un certain besoin de transcendance.

Tout élan vers le sacré est, selon Boyer, le sacré lui-même.