L’absolu et l’infini

pour, toujours, rêver...
mardi 10 mai 2011
par mathieu
popularité : 1%

Un regard de toi et le soleil brillait plus fort.
Une parole de toi et les oiseaux explosaient, de gré en gré, suivant les affinités auditives des bosquets environnants.
Entre tes lèvres de satin, derrières les murettes de tes dents, j’explorais : des jardins luxuriants, la saveur des fruits, la douce langueur humide des embruns clapotants.

Tu me souriais et mon cœur ratait un battement.

Ma main dans la tienne, le cœur au bord des lèvres et le corps en bandoulière, nous allions gaiement, propriétaires en indivision d’un droit de passage dans le bonheur
Conscients de l’infinité de nos vies métaphysiques, heureux de notre aptitude naturelle à la joie.

Ou étais-ce seulement mon imagination ?

Tant d’absolu.
Tant de beauté.
Toute cette vie et toute cette liberté.

Les Dieux, dans leur infinie sagesse, ne pouvaient que nous jalouser. Ils ont ainsi su, avant qu’il ne soit trop tard, sur la Terre nous ramener.
Pauvre mortel ! dans quelle folie as-tu encore failli sombrer ?

L’absolu et l’infini n’existent que dans les rêves. Mais comme dirait le philosophe : « c’est déjà ça ».

Mathieu de la Rigarde