Hirano Keiichirô : Conte de la première lune

Picuier poche, 2007, 203 p.
dimanche 27 janvier 2008
par mathieu
popularité : 1%

Masaki est un jeune poète japonais qui, lors d’une excursion romantique au hasard des routes, va rencontrer un mythe. Il s’agit plutôt d’une superstition locale qui vient à sa rencontre et le guider dans un monde où rêve et réalité se rejoignent et s’entrecroisent. Les symboles de la quête de soi, de la passion se succèdent avec pour toile de fond le monde rural japonais du XIX ème siècle.

Mordu par un serpent , Masaki est recueillis par un moine bouddhiste qui veille sur une jeune fille aux bras blancs comme la lune directement issue d’une superstition populaire. C’est toute l’étrangeté des représentations japonaises du monde, jalonnée des problématiques universelles de la famille, de l’amour, de la mort et de la renaissance des périples initiatiques.

Très prenant, surtout dans les 80 dernières pages ;o)

On peut se demander si la traduction est à la hauteur du texte original. Mais il y a toujours, indiscutablement ce charme savoureux de l’exotisme.