Dix heures et demi du soir en été

Marguerite Duras
lundi 22 septembre 2008
par mathieu
popularité : 1%

6/10

Pierre, Marie, Judith (la petite de Marie et Pierre) et Claire (la jeune et belle qui veut Pierre) sont bloqués toute une nuit dans un village. Dehors, l’orage se déchaine et la grand route qui mène à Madrid leur est interdite. Hôtel surchargé, nuit dans un couloir, coupure de courant, et : un homme, Rodrigo Paestra à tué a femme de 19 ans ainsi que l’amant de cette dernière. Il est recherché par la police toute la nuit. Marie, qui l’a aperçue sur un toit, l’aide à s’échapper. Il se suicidera à l’aube dans un champs où elle doit le rejoindre.

Premier contact avec Marguerite Duras ? Une ambiance de froissements alcooliques, de frôlements amoureux (Claire et Pierre), de solitude décalée (Marie). En lisant on entends tomber la pluie, on sent l’alcool.

Un style descriptif prononcé, presque télégraphique, phrases courtes qui enveloppent les personnages et leur contexte comme un linceul.

Une vision du monde pas vraiment romantique mais sentimentale. Une sorte de réalisme sentimental ?