Le rapport Brodeck

Philippe Claudel
mercredi 6 mai 2009
par mathieu
popularité : 1%

Stock 2007

7/10

Brodeck vit dans son village d’adoption avec sa petite Poupchette adorée, sa femme Emélia qu’il aime tant et la vieille Fédorine qui l’a élevé. Un beau jour débarque l’Anderer. Tel un Baron de Munchausen il épate, fait sourire et inquiète à la fois.

L’Anderer c’est l’autre, l’étranger, l’étrange qui présente un miroir à cette petite société de montagnards qui s’en serait bien passée. On pense à Camus, on pense Primo Lévy. Car Si c’est un homme, c’est un Etranger.

Le livre est construit en double flash back imbriqués dans les deux « rapports » rédigés par Brodeck : Retour sur l’Anderer, son arrivée, sa non-intégration... Retour sur la vie universitaire de Brodeck, sur les pogroms, sur les camps.

Un roman fort, qui fait frémir. Le sujet est fort. Il manque un rien de quelque chose pour que mon frémissement se meuve en vibration.