Réflexions antérieures au projet Tau Ceti Central

Génese du Biv-Wak ...
vendredi 29 mai 2009
par mathieu
popularité : 2%

texte rédigé en 2001 et publié en 2002 via le site du projet Cybernavette.

Et une Eden Box, en temps que catalyseur « tout numérique », c’est la rue Michel !

Aujourd’hui, qu’est-ce qu’on demande à un ordinateur personnel (loin des bidouilles de firewall économique et plus proche du bon ordinateur à papa) ?
1- une interface pépère et compatible pour la bureautique (X et Open-Office)
2- un accès à mes MP3, wav, et autres cd audio pour m’écouter du son.
3- une possibilité de raccord au net pour l’ouverture sur le monde et l’évolutivité.
4- un serveur de base de donnée pour gérer mon carnet adresses ou les prêts de ma collec’ de Newlook. 5- la possibilité de regarder des DVD, sans me colletiner le coûteux, encombrant et éphémère « Home Salon » de chez But. 6- la mobilité qui me permet de montrer mon album photo sur la télé de la grand-mère, ou de changer de pièce selon que je bosse ou que je regarde un film en Divix, ou que je joue à une connerie en temps réel.
7- la compatibilité, pourquoi pas, avec mon dino qui marche toujours super et que j’aime bien. (réseau)

D’un point de vue technique, tous ces délires sont permis par la mini carte de Via. Et pour pas chère encore !
un proc’ largement > au vieux MMX d’Intel une carte son et des Codecs son intégrés des ports COM et USB pour mes modems toujours ce même proc’ C3 qui tourne pas mal une carte vidéo intégrée avec 32 Mo et accélération vidéo. Une sortie S/Vidéo (vers péritel par ex.).
un format de ouf, 17cm de côté pour la carte. Je rappelle pour mémoire que le shuttle, plus gros, plus chaud, plus chère et plus gourmand en électricité se vend maintenant avec une petite sacoche de transport… une carte Ethernet intégrée. Un câble croisé, un petit client clef en main bootant sur une disquette et un bon vieux Display. Peut-être même en graphique, pourquoi-pas ?

Voilà, on a fait le tour des pourquoi, maintenant vient le règne du comment.
On avait sans doute tous plus ou moins dans la tête cette petite liste de fonctions. Mais c’est toujours bon de remettre les choses à plat.

Pour le comment, moi, je suis plus juste. Et là, je vous dis chapeau, les gars.

L’idée de la LFS me paraît une montagne, mais ma foi…

Pour faire avancer le truc, je vais tout de même vous conter une expérience que j’ais.
J’ais un peu mis les doigts dans la Debian Education (prod par le CDDP et Ly… l’année dernière). Ce qui m’a plût de prime abord, c’est le processus d’installation automatique (à la anaconda de R.H. mais en plus barbare). Les packages sont entièrement présélectionnés et en fait on choisit que sa souris, son clavier, sa langue et ses partitions. Pour le coup, ma carte Eden 800 est passée comme une lettre à la poste (faut dire, c’est un peu le même format !). Du coup ça permet de pas se prendre la tête avec des notions d’installations que c’est pas tout le monde qui aime à se prendre la tête avec. Ca marche avec un disque où Windoz est préexistant. C’est évolutif même pour les plus allergiques à la compil’ because l’apt-get.
Enfin, bon. C’est le genre de distrib’ que même moi j’arrive à l’installer ;o) sans coups fait rire !

Je lance une doc. sur le sujet, pour les petits curieux ?



Navigation

Articles de la rubrique