Pierre Magnan, Le sang des Atrides

folio, 1989, 245p.
mercredi 29 août 2007
par mathieu
popularité : 1%

9/10

Le commissaire Laviolette sur la piste du tueur d’1m65 qui dézingue à coup de galets...

Un style très particulier que je ne saurais décrire. Comme ce sentiment qui naît après une impression de déjà vu,...,

c’est sobre, efficace et on entre complètement dedans.
En plus le tandem à Digne du gros commissaire à deux ans de la retraite et du jeune juge gauchiste est délicieux.